Modes de chasse

Les modes de chasse en France

Du perdreau au chien d’arrêt, en passant par la passée aux canards, le hutteau sur le littoral, la vénerie du cerf, ou le lièvre au chien courant, la chasse française revêt de nombreuses pratiques, toutes passionnantes, dans des paysages différents, magnifiés par la quête du gibier.

Le Petit Gibier

La chasse devant soi
devant soiC’est la chasse de plaine par excellence, procurant de grandes émotions et de grandes joies.
La chasse avec chien d’arrêt concerne essentiellement le gibier à plumes (perdrix, bécasses, faisans, etc.). Le chien d’arrêt (Braques, épagneuls, Pointers, Setters, Griffons, etc…..) prend l’émanation du gibier, l’approche, le marque et l’arrête jusqu’à l’arrivée du chasseur. Un grand chien d’arrêt est particulièrement appréciable en plaine. La chasse avec chiens  » leveurs de gibier  » se pratique avec des chiens très vifs et très ardents comme le Springer ou le Cocker. Ils trouvent le gibier (le lapin, le faisan, la bécasse) mais ne l’arrêtent pas et le font partir sans le poursuivre. Ils peuvent travailler dans tous les types de milieux mais excellent dans les broussailles, fourrés, ronciers, etc.

La billebaude
C’est la chasse des bonheurs simples et paisibles. Le chasseur parcourt le territoire à la recherche du gibier, avec un objectif précis ou à la  » Billebaude « , avec ou sans chien. La chasse devant soi sans chien : on chasse ainsi les alouettes, les grives, les pigeons, les merles, en parcourant les parcelles de cultures ou de vignes, en longeant les haies etc.

La battue
SAM@LAO@P07@BASSOL@CHASS3.jpgDes rabatteurs, armés ou non, poussent le gibier vers une ligne de tireurs postés. Pratiquée dans certaines régions françaises pour les perdrix, les faisans, les lièvres etc.
La chasse aux chiens courants
On lance des chiens à la poursuite du gibier et le chasseur se poste à proximité d’un passage qu’il a repéré. Cette chasse tient à la fois de la vénerie et de la battue. Le gibier chassé est le lapin et le lièvre.

Le Grand Gibier

La battue
Traqueurs et chiens rabattent bruyamment le gibier vers une ligne de tireurs postés. C’est le mode de chasse au grand gibier le plus répandu en France. Les espèces chassées sont principalement le sanglier, le chevreuil, le cerf. Ces chiens peuvent être des chiens courants (Bruno du Jura, Grand Griffon vendéen, etc.) ou des chiens de  » petit pied  » (Fox, Teckel, etc.). Les seconds ont progressivement supplanté les premiers, en particulier dans l’Est et le Nord de la France. Ces petits chiens décantonnent moins les animaux, mais le chasseur perd le plaisir de la « musique », celle que procure quelques grands chiens bien gorgés.
La poussée silencieuse
C’est une variante de la battue qui se développe dans un souci de meilleure gestion. Lors d’une poussée silencieuse, les traqueurs avancent sans bruit excessif, et sans chien. Les animaux sont dérangés mais ne sont pas pourchassés. Ils se présentent devant les fusils postés sans être en fuite, ce qui permet de bien les identifier pour mieux choisir les animaux « récoltés ».

Chasse à l’affût
On se dissimule dans des secteurs fréquentés par les animaux. Ce mode de chasse permet l’identification précise de l’animal. Elle se pratique essentiellement au lever du jour ou au crépuscule, souvent du haut d’un affût (mirador). Les gibiers chassés sont : le cerf, le chevreuil, le sanglier, le renard.

Chasse à l’approche
approcheA pied, on recherche et on approche le gibier. Le chasseur explore un territoire, seul, en silence et à bon vent, pour parvenir à portée de tir d’un animal. L’usage de jumelles permet une bonne identification de l’animal avant le tir. Les animaux chassés sont le renard, le chevreuil, le cerf, le sanglier et le mouflon.
La chasse aux chiens courants
On lance des chiens à la poursuite du gibier et on se poste pour tirer à proximité des coulées fréquemment utilisées par le gibier. Cette chasse tient à la fois de la vénerie et de la battue. Elle concerne le chevreuil, le cerf et le sanglier.

 

Le Gibier de Passage

La chasse à l’affût
On se cache et on attend que le gibier passe à portée de tir.
Les alouettes, les grives et les pigeons peuvent être, parmi d’autres, chassés à l’affût sur les axes de passage ou les lieux de repos. Le chasseur, immobile, peut utiliser des appeaux (sifflets) pour les attirer.

La grive au poste de tir
cabaneOn tire des grives depuis une cabane aménagée spécialement.
C’est une chasse traditionnelle du Sud de la France.
Le poste de tir est construit à proximité d’arbres.
Les grives se posent sur les cimes et sont alors tirées au fusil.

La chasse aux tendelles
tendelleLa chasse aux tendelles est un mode de chasse ancestrale pratiqué dans le Sud de la France. Au début du siècle, certains baux de location ou de fermage étaient encore évalués au nombre de tendelles qui pouvaient y être placées. Cette pratique traditionnelle n’est plus pratiquée que sur les Grands Causses de l’Aveyron et de la Lozère, notamment le Méjean et le Sauveterre, par quelques dizaines d’utilisateurs pour un nombre de 10 000 tendelles environ, avec une règlementation très stricte. Comme vous diront les chasseurs, faire une tendelle « c’est du travail ! ».

Le Gibier d’eau

La chasse à la botte
On prospecte les zones humides en essayant de surprendre le gibier d’eau. C’est l’équivalent de la chasse devant soi en plaine. Le gibier roi est la bécassine, que l’on chasse au chien d’arrêt dans les marais et prairies humides.
La chasse à la passée
On se cache là où le gibier d’eau passe le matin et le soir. Tôt le matin ou le soir au crépuscule, le chasseur se dissimule à proximité du passage présumé des canards, entre leurs zones de repos et de gagnage. Immobilité et camouflage sont les atouts essentiels. Un chien de rapport est souvent indispensable.

La Vénerie
Ce sont les chiens qui chassent le gibier, « appuyés » par les veneurs. On distingue la grande vénerie qui se pratique à cheval, la petite vénerie qui se pratique à pied et la vénerie sous terre. La grande et la petite vénerie (chasse à courre) consistent à prendre les animaux avec la seule aide d’une meute de chiens. La chasse à courre est très ancienne.
La petite vénerie
Se pratique surtout sur le lièvre, le renard et le lapin. Le veneur est à pied. Cette chasse demande beaucoup d’expérience et d’endurance. Les chiens sont de taille moyenne (anglo-français tricolore par exemple). Le veneur suit ses chiens à la course, les fait chasser et n’utilise pas d’arme.

La vénerie sous terre
venerie ss terreLa vénerie sous terre, ou chasse sous terre, ou encore déterrage, consiste à capturer renards et blaireaux dans leur terrier. Après avoir introduit des chiens (Fox Terrier, Teckels, etc.) dans les gueules de terrier il faut suivre la chasse l’oreille collée au sol. Si les chiens parviennent à acculer le gibier, les hommes creusent pour capturer l’animal au fond du terrier. Plus de 1.000 équipages de déterreurs existent aujourd’hui en France.

La Chasse à l’Arc
arcOn utilise un arc comme arme de chasse. Longtemps interdite car assimilée bien à tort à du braconnage, la chasse à l’arc a (re)gagné depuis 1995 – année de sa reconnaissance – ses lettres de noblesse. Cette chasse à tir est silencieuse ; particulièrement difficile, elle demande une connaissance parfaite du milieu et des animaux. C’est en effet à quelques mètres seulement qu’il faut approcher le gibier avant de décocher une flèche. On chasse à l’affût ou à l’approche.
Tous les types de gibiers peuvent être chassés à l’arc (lapin, lièvre, ragondin, rat musqué, oiseaux, grand gibier…). Le matériel, notamment les pointes de flèches, doit être spécialement adapté. A ne pas confondre avec l’arbalète qui est interdite à la chasse.
La chasse à l’arc séduit deux types de publics : ceux qui ont beaucoup chassé et qui cherchent des difficultés et des sensations nouvelles, et ceux qui ne sont pas attirés par la chasse au fusil.

Les Chiens de sang
chien sangLa recherche au sang est une activité cynégétique qui nous vient d’Europe de l’Est et qui s’est beaucoup développée en France depuis les années 80, sous l’égide de l’Union Nationale des Utilisateurs de Chiens de Rouge. Le chien de sang est spécialement dressé pour prendre la piste d’un animal blessé. Il peut la suivre sur plusieurs kilomètres, sans prendre le change avec celles d’autres animaux. Une recherche fructueuse (environ un tiers des recherches engagées) permet de retrouver un animal mort, ou (d’achever) un blessé. La recherche au sang moralise l’acte de chasse.

Calendrier

mai 2017
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

Facebook

Validez votre permis de chasse

boutonvalider.png

Assurance Chasse

pic05029